Aube mortelle

Pour féter ses 700 abonnés sur twitter, Marie Tinet a eu l’excellente idée de lancer un petit concours. Le principe, défier l’imagination d’un auteur en le laissant s’exprimer sur une phrase, une image, ou autre.

J’ai défié Marie sur le thème : Les “700 à beau nez” :P Défi relevé brillamment par l’affaire des 700 à beau nez.

De la même façon, j’ai été défié avec cette image :

aube

Est née “Aube mortelle” :

Une sensation étrange l’alerta et le hissa de l’abîme inconscient dans lequel l’avait projeté la bête. Ce sentiment de mort imminente lui vrilla les entrailles. Il percevait l’herbe humide contre sa joue. Il se retourna dans un râle. Il souffla. Ses paupières s’ouvrirent dans la douleur.

Le soleil violait le tissage de branches. Ses rayons se frayaient un chemin vers l’être de la nuit. Non, il ne pouvait pas ! Sa vue se brouilla. L’humeur vitrée s’échappait de ses cavités pour finir en vapeur. Des milliers de lames insaisissables lui déchiraient le corps. Inflexible, la fièvre croissait. C’est dans un cri interminable et, silencieux, que son être s’unit à la poussière.