Sale temps pour les ours

stplo

Le blog d’expression littéraire sale-temps-pour-les-ours.com créé par Céline Galaska met en avant une littérature considérée comme marginale.

Une philosophie mal léchée ;) (tirée de leur site) :

… propose une vitrine accessible sur le web à tous ces auteurs méconnus ou non reconnus, déjà publiés ou qui rêvent de l’être. Il s’agit d’une littérature confidentielle qu’on peut qualifier de « off », tapie à l’ombre du « in », méprisée par certains cercles germanopratins, ou tout simplement passée au travers des mailles du filet. De cette littérature anti-têtes de gondoles, qu’on ne trouve pas dans les Fnac, et qui existe pourtant : vive et vivace, sauvage, brute, subversive, dérangeante aussi.

Les auteurs qui sont publiés ici appartiennent en général à la catégorie des gens dits normaux, mais il vous arrivera aussi de lire des oeuvres commises par des pros du bogue cérébral, kamikazes du style, princes de l’irrévérence, apôtres du trash, théâtreux de l’absurde, science-fictionneurs burlesques, que sais-je encore.

Sale Temps Pour Les Ours fonctionne sur le principe de l’appel à textes permanent. Les thèmes sont libres et la forme privilégiée reste le court (pas plus de 3 pages), en particulier la nouvelle, spécialité de la maison.

Je vous invite vraiment à parcourir le site. Les textes sont pétillants. De plus, l’excuse du manque de temps ne fonctionne pas ici ;)

Le 04 Avril, Céline va plus loin. Elle crée le prix littéraire “Sale temps pour les ours” du court littéraire afin de lutter contre la disparition des auteurs qui produisent du court. Ce prix est aussi un cri contre le monopole de la littérature des têtes de gondoles. Je vous laisse lire l’article via le lien donné un peu plus haut.

Bref, j’ai appris l’existence de ce prix il y a peu. L’ensemble m’a séduit. J’ai même été drôlement surpris du règlement, des personnes mobilisées et du prix. Le thème a titillé mon imagination. Un écrit fou et sans interdit, dans tout domaine. Je me suis donc mis sous adrénaline afin d’honorer la démarche. J’ai stressé mes béta-lecteurs et envoyé mon oeuvre (;)) quelques heures avant l’heure limite.

Verdict, dans un mois. Vous pouvez suivre les annonces du blog sur leur page facebook ou la mienne :P.