Développement Python virtualisé

Installation des 2 Python La version par défaut de Python sur ElementaryOS est la 2.7.3, voici donc un moyen pour développer conjointement vos applications Python 2 ou 3 de façon sûre sans polluer votre système. Tout d’abord, installer Python3 (ça aide ;)) : $ sudo apt-get install python3 Python 3.2.3 sera donc installé, vous pourrez facilement l’invoquer avec la commande python3. Pour ceux qui désire installer la 3.3, il sera nécessaire de l’installer via un PPA : »

kimsufi, freeBSD 9.2 et pkgng.

J’ai eu la chance de recevoir un des serveurs les plus convoités de l’ été, à savoir le kimsufi ks 2G. Serveur à base d’atom 64bits, 2Go de RAM, 500 Go de stockage et moins de 5€ par mois, ça ne vaut pas le coup de se priver ;). Au niveau du système d’exploitation, OVH est resté bloqué sur FreeBSD 9.1. Pour ceux qui seraient frileux à cause de la mise à jour, ceci devrait vous rassurer. »

Utiliser emacs 24 sur elementaryOS luna

ElementaryOS “Luna” utilise Ubuntu 12.04 LTS (“The Precise Pangolin”) comme fondation. La version d’Emacs disponible est donc la version 23.3. 2 choix s’offrent à nous si on souhaite utilser la version 24 et ses nombreuses améliorations. À savoir la compilation à partir des sources où l’utilisation d’un paquet gentiment proposé par quelqu’un. Et c’est là qu’on remarque l’utilité et la puissance des PPA(Personal Package Archives). Ces derniers sont des dépôts de paquets de personnes comme vous et moi, et ceci est à tout de même à prendre en considération avant d’en utiliser un. »

pass et la gestion gpgesque de vos mots de passe

Pass se définit comme le gestionnaire UNIX standard de mots de passe et comme il le stipule sur son site, la gestion des mots de passe devrait être simple et suivre la philosophie UNIX. Avec pass, chaque mot de passe est stocké dans un fichier chiffré par GnuPG dont le nom est est le nom du site web ou de la ressource qui requiert ce mot de passe. Ces fichiers chiffrés peuvent être organisés en hiérarchie de dossiers significatifs. »

L'oignon facile ou Tor pour les nuls

Tor est l’acronyme de “The Onion Router”, et donc, en français dans le texte, ça donne “le routeur oignon”. On pourrait croire que les développeurs ont perdu un pari pour trouver un nom pareil. Même pas, le terme “oignon” signifie vraiment quelque chose, ou plutôt le routage en oignon signifie quelque chose. Lisez l’article de Wikipedia qui vous l’expliquera plus sérieusement. Sachez simplement que vos échanges rebondissent sur plusieurs oignons dans le but de rendre leur traçabilité très très difficile afin de préserver votre anonymat. »